tsetse.org

ACCUEIL | AIDE A LA DECISION | FAQ | SYSTEMES ATTRACTIFS TOXIQUES | LES AUTEURS | RECHERCHE
ACCUEIL
TECHNOLOGIES
Module socio-économique
Participation
Rentabilité
Investissements
Trésorerie
Action collective
Connaissances & attitudes
Références

Gestion et aspects socio-économiques de la lutte contre les tsé-tsé

Coûts d'entrée/transitoires

Puisque toute stratégie de lutte contre les tsé-tsé demande un certain délai avant de parvenir à réduire les populations de tsé-tsé au niveau prévu ou du moins à un niveau acceptable, il y a une période durant laquelle les éleveurs auront à faire face, à la fois :

• aux coûts de la lutte

et aux coûts des trypanosomoses

Le coût additionnel durant cette période peut être considéré comme un coût d'entrée ou transitoire. On peut l'évaluer à la moitié des coûts estimés ou quantifiés des trypanosomoses, sur une période pendant laquelle on peut raisonnablement espérer que les populations de tsé-tsé seront ramenées à un niveau faible.

Avec certaines techniques de lutte (particulièrement les bains insecticides) il y aura aussi besoin d'un investissement initial (bains, pièges, stockage, véhicules).

Ces problèmes peuvent se gérer de deux manières :

• si la rentabilité à moyen terme de la stratégie de lutte est élevée (si les coûts de la lutte en cours sont nettement plus faibles que le coût des trypanosomoses) et si d'autres facteurs socio-économiques (particulièrement la possibilité d'une action collective et l'acceptation de la technologie) sont propices, les coûts peuvent être, totalement ou partiellement, supportés par les bénéficiaires.

• ou bien, les coûts devront être supportés par le gouvernement, un donateur ou une ONG, en tant que subvention transitoire.

Les subventions transitoires sont des outils utilisés partout dans le monde et considérés comme "des moyens efficaces de parvenir à des changements tout en maintenant l'adhésion des communautés" (Young, 1999). Même à une époque où les subventions apportées à l'agriculture sont en général considérées négativement, les gouvernements et les donateurs les trouvent acceptables car elles sont limitées dans le temps, et peuvent être perçues comme compensations des dépenses spécifiques engagées pour le passage à une nouvelle technologie. Par exemple, dans les pays développés, comme la Suède, elles ont été utilisées pour inciter le passage vers des pratiques agricoles moins polluantes.

Référence
Young, M.D (1999) “Maintaining Harmony: Equitable and Efficient Means to minimise Adverse Impacts of Livestock on the Environment”. Unpublished paper attached to FAO Livestock Environment Toolbox.

 

Rentabilité
Trésorerie
Action collective
Connaissances et attitudes


Union JackEnglish site