tsetse.org

ACCUEIL | AIDE A LA DECISION | FAQ | SYSTEMES ATTRACTIFS TOXIQUES | LES AUTEURS | RECHERCHE
ACCUEIL
FAQ
Biologie de la tsé-tsé
Tsé-tsé & Trypanosomoses
Capture des tsé-tsé
Ecrans
Traitement épicutané du bétail
Question socio-économiques
Questions sur l'environnement
Références

Gestion et aspects socio-économiques de la lutte contre les tsé-tsé

Comment faisait-on avant la lutte contre les tsé-tsé ?

Avant la généralisation des trypanocides, des insecticides, des pièges et des appâts chimiques, les éleveurs africains subissaient une forte mortalité de leur bétail et des pertes élevées de productivité ; ils contournaient le problème en utilisant de grands territoires pour faire paître les animaux. Les trypanosomoses ont aussi freiné la généralisation de la traction attelée, qui aurait pu accroître la production vivrière et réduire les corvées. En plus, dans certaines contrées, la maladie du sommeil était endémique. Tout ceci représentait des contraintes lourdes s'opposant à la possibilité pour les personnes d'améliorer leur existence, comme cela se passe encore aujourd'hui dans de nombreuses régions où une lutte efficace et durable n'a pas encore été mise en place.

Les propriétaires de bétail avaient quand même mis au point des méthodes pouvant réduire le risque de piqûre des animaux par les tsé-tsé. Ces méthodes sont encore employées aujourd'hui dans certaines parties de l'Afrique.

Evitement
Une des techniques les plus courantes est d'éviter les pâturages où les tsé-tsé abondent. Cela peut se faire en amenant le bétail en altitude (au dessus de 1500-200 m) où les tsé-tsé ne peuvent survivre, ou dans des zones où elles sont peu nombreuses. Ford (1971) a signalé de nombreux cas où l'implantation humaine et animale a été guidée par la nécessité d'éviter les tsé-tsé.

En Somalie, les paysans gardent leurs chameaux et leur bétail loin de la forêt le long de la rivière Shebelle où les densités de tsé-tsé sont fortes. Cependant, cette rivière est un point d'abreuvage important, particulièrement en saison sèche. En conséquence, les paysans éloignent les chameaux de la rivière durant le jour, quand les tsé-tsé sont actives, et y reviennent la nuit, quand les tsé-tsé sont inactives, pour abreuver les animaux.

Fumée
Les paysans partout dans le monde utilisent la fumée de feux de bois pour réduire le nombre de mouches sur leur bétail. Les producteurs de lait s'en servent pour repousser les mouches qui dérangent les vaches pendant la traite. Dans les régions infestées de tsé-tsé, bon nombre de fermiers signalent que la fumée chasse les tsé-tsé. Les tests réalisés au Zimbabwe ont montré que la fumée réduit de moitié le nombre des tsé-tsé piquant le bétail. Qu'on produise de la fumée par un feu de bois ou soit en brûlant des bouses, les effets sont identiques.

Répulsifs
En Somalie, les pasteurs racontent qu'ils utilisent du beurre rance et de la graisse de chameau pour repousser les tsé-tsé. Mais les premiers essais que nous y avons faits n'ont montré aucun effet de ces produits naturels. Il y a peut être un fond de vérité dans ceci puisque nous savons que les acides gras comme l'acide butyrique ou l'acide valérique - des composants du beurre rance - réduisent les captures de tsé-tsé dans les pièges. Néanmoins, jusqu'à présent il n'y a aucune preuve formelle que ces produits chimiques peuvent être utilisés pour réduire le nombre de piqûres de tsé-tsé (Torr et al., 1996).

Barrières physiques
Bien que ce ne soit pas à proprement parlé une technique traditionnelle, les paysans des zones côtières d'Afrique orientale utilisent du tulle moustiquaire pour empêcher les tsé-tsé de rentrer dans les enclos (Boma) du bétail. Cette méthode n'est valable que pour les troupeaux en stabulation permanente.

Références
Ford, J. (1971). The role of the trypanosomiases in African ecology: A study of the tsetse fly problem. 568 pp. Clarendon Press, Oxford, UK.

Torr, S.J., Mangwiro, T.N.C. & Hall, D.R. (1996). Responses of tsetse flies (Diptera: Glossinidae) to synthetic repellents in the field. Bulletin of Entomological Research, 86, 609-616.


Une autre question sur Gestion et aspects socio-économiques de la lutte contre les tsé-tsé?
Une autre question ?

Union JackEnglish site