tsetse.org

ACCUEIL | AIDE A LA DECISION | FAQ | SYSTEMES ATTRACTIFS TOXIQUES | LES AUTEURS | RECHERCHE
ACCUEIL
FAQ
Biologie de la tsé-tsé
Tsé-tsé & Trypanosomoses
Capture des tsé-tsé
Ecrans
Traitement épicutané du bétail
Question socio-économiques
Questions sur l'environnement
Références

Lutter contre les tsé-tsé avec des écrans

Dois-je installer les systèmes attractifs toxiques de façon régulière ?

Tsetse Plan vous conseillera d'utiliser par exemple 1000 écrans et de traiter 3000 têtes de bétail. Les uns et les autres devront être répartis aussi régulièrement que possible sur la zone de lutte. Quelques exceptions à cette règle sont permises pour des raisons de commodité, mais vous devez suivre les principes généraux exposés plus bas.

Ecrans
Les écrans doivent être placés là où le bétail traité ne va pas. Il est généralement plus commode de les installer en lignes, à raison d'un écran tous les 150-250 m, séparées d'un kilomètre maximum pour les espèces de tsé-tsé peu mobiles (comme G. fuscipes, G. palpalis et G. austeni) et de moins de 2 km pour les espèces très mobiles (comme G. pallidipes et G. longipennis). Pour les autres espèces les alignements ne doivent pas être éloignés les uns des autres de plus de 1,5 km.

Bétail traité aux insecticides
Dans certain cas vous devrez adapter le schéma de pâturage des animaux traités pour augmenter leur impact sur les tsé-tsé.

Pour cela, le troupeau devra paître de façon que le contact avec les populations de tsé-tsé soit maximum, qu'il passe autant de temps que possible dans les secteurs à forte densité de tsé-tsé et au moment de la journée où les tsé-tsé sont actives. Les données obtenues lors des évaluations avant traitement vous aideront à localiser les associations végétales où les tsé-tsé abondent.

Pour la plupart des espèces de savanes, comme G. pallidipes, G. morsitans et G. swynnertoni, les types de végétation de prédilection sont les savanes boisées ou les fourrés relativement ouverts, mais pour G. longipennis ce sont souvent les savanes arbustives. Les espèces des fourrés et des galeries forestières comme G. austeni, G. brevipalpis, G. fuscipes et G. palpalis sont plutôt dans les types de végétation dense avec peu de zones de pâture où il est difficile de maintenir longtemps le bétail, mais il est possible de les faire paître plus longuement immédiatement à côté de ces formations végétales.

Presque en toutes saisons les tsé-tsé sont actives dans les premières heures de la journée après le lever du soleil et dans les dernières heures avant le crépuscule. En saison froide, le maximum d'activité se situe en milieu de journée. Pour G. fuscipes et G. palpalis, la mi-journée est, en toutes saisons, le moment du pic d'activité.

Les bergers maintiennent d'habitude leurs troupeaux éloignés des zones à forte densité de tsé-tsé, surtout au moment de leur pleine activité. Il vous faudra leur expliquer les avantages du changement de pratique avec le bétail traité.

Cette stratégie de faire volontairement paître le bétail traité dans les secteurs infestés de tsé-tsé va entraîner, à court terme, une augmentation de la prévalence des trypanosomoses. Ceci ne sera pas accepté et apprécié des éleveurs : dans ce cas, assurez-vous que les écrans sont installés dans ces zones.

Pièges d'évaluation
Il est généralement préférables de partager les systèmes de surveillance et d'évaluation en deux groupes :

a) les sites - ou transects* - permanents dans les zones à risque pour obtenir un aperçu des modifications des populations durant toute la campagne de lutte ;

b) les sites - ou transects - temporaires pour étudier de temps à autre ce qui survient ailleurs. Entre la moitié et deux tiers des sondages doivent se faire dans les zones à risque.

Si le secteur est soumis au risque de réinvasion, assurez-vous que la moitié des évaluations permanentes sont menées perpendiculairement au front d'invasion, sur environ 5 à 8 km dans la zone infestée et sur la même profondeur dans la zone de lutte.


Une autre question sur lutter contre les tsé-tsé avec des écrans ?
D'autres questions ?

* Un transect est un circuit, linéaire ou non, toujours le même, le long duquel on enregistre, régulièrement, les données concernant une étude particulière (types des plantes, présence et abondance d'une espèce d'insectes, etc.). Cette technique est couramment employée pour évaluer les modifications, par exemple des densités de tsé-tsé, entre deux secteurs, l'un traité et l'autre non.

Union JackEnglish site