tsetse.org

ACCUEIL | AIDE A LA DECISION | FAQ | SYSTEMES ATTRACTIFS TOXIQUES | LES AUTEURS | RECHERCHE
ACCUEIL
FAQ
Biologie de la tsé-tsé
Tsé-tsé & Trypanosomoses
Capture des tsé-tsé
Ecrans
Traitement épicutané du bétail
Question socio-économiques
Questions sur l'environnement
Références

Lutter contre la tsé-tsé par traitement épicutané du bétail

Le traitement épicutané du bétail est-il mieux que les écrans ?

Un seul boeuf traité par insecticide peut tuer à peu près autant de tsé-tsé qu'un seul écran avec appâts olfactifs. Ainsi, quand il y a beaucoup de bétail dans une région, le traitement épicutané offre plusieurs avantages par rapport aux écrans.

En premier lieu, traiter un animal revient moins cher que de fabriquer et d'installer un écran imprégné.

Ensuite, les éleveurs sont parfaitement disposés à traiter leurs animaux avec de l'insecticide, à les surveiller et à les protéger des vols. Aussi plusieurs soucis liés à l'emploi des écrans - comme leur perte due à l'usure et aux déchirures, aux vols et aux dégâts provoqués par les animaux - font pencher la balance vers le traitement épicutané.

Alors, où et pourquoi utiliser des écrans ?

Le problème avec le traitement épicutané du bétail (TEB) réside dans le fait que les animaux restent plutôt confinés dans certains endroits. En effet, les éleveurs évitent de faire pâturer leurs bêtes là où les tsé-tsé abondent, et la nécessité de trouver de l'eau et des pâturages limite encore plus la dissémination des animaux (Warnes et al., 1999 ; Hargrove et al., 2000 ; Rowland et al., 2000). Le bétail est donc généralement regroupé en troupeaux, or un groupe de dix bovins ne tuent pas dix fois plus de tsé-tsé qu'un seul. En réalité, un tel groupe tue seulement trois fois plus de tsé-tsé qu'un seul animal (Hargrove et al., 1995). La conséquence est qu'une densité de quatre têtes de bétail par kilomètre carré n'est pas suffisante pour lutter contre les espèces savanicoles de tsé-tsé alors que c'est possible avec une densité identique d'écrans. La différence essentielle est que l'on peut installer des écrans de manière homogène, et partout où les tsé-tsé abondent. Donc, les écrans ont un rôle très important à jouer, même là où il y a du bétail.

La plupart des stratégies de lutte contre la tsé-tsé exigent l'association du TEB et des écrans, ces derniers étant utilisés pour combler les espaces existant inévitablement du fait de la répartition non homogène du bétail (Hargrove et al., 2003). Tsetse Plan vous aidera à décider du nombre d'écrans, s'ils sont nécessaires, à utiliser en complément du TEB.

Références
Baylis, M. & Stevenson, P. (1998) Trypanosomiasis and tsetse control with insecticidal pour-ons – fact or fiction? Parasitology Today 14, 77-82.

Hargrove, J. W., Holloway, M.T.P., Vale, G. A., Gough, A.J.E. & Hall, D.J. (1995) Catches of tsetse flies (Glossina spp.) (Diptera: Glossinidae) from traps baited with large doses of natural and synthetic host odour. Bulletin of Entomological Research, 85, 215-227.

Hargrove, J. W., Omolo Silas, Msalilwa, J.S.I. & Fox, B. (2000) Insecticide-treated cattle for tsetse control: the power and the problems. Medical and Veterinary Entomology, 14, 123-130.

Hargrove, J.W., Torr, S.J. & Kindness, H.M. (2003). Insecticide-treated cattle against tsetse (Diptera: Glossinidae): what governs success? Bulletin of Entomological Research 93, 203-217.

Rowland, G.J., Leak, S.G.A, Mulatu, W., Nagda, S.M., Wilson, A. & d’Ieteren, G.D.M. (2000) Use of deltamethrin ’pour-on’ insecticide for the control of cattle trypanosomosis in the presence of high tsetse invasion. Medical and Veterinary Entomology 15, 87-96.

Warnes, M. L., Van den Bossche, P., Chihiya, J, Mudenge, D., Robinson, T.P., Shereni, W. & Chadenga, V. (1999) Evaluation of insecticide-treated cattle as a barrier to re-invasion of tsetse to cleared areas in northeastern Zimbabwe. Medical and Veterinary Entomology, 13, 177-184.

 


Une autre question sur la lutte contre les tsé-tsé par traitement épicutané du bétail ?
Une autre question ?

Union JackEnglish site