tsetse.org

ACCUEIL | AIDE A LA DECISION | FAQ | SYSTEMES ATTRACTIFS TOXIQUES | LES AUTEURS | RECHERCHE
ACCUEIL
FAQ
Biologie de la tsé-tsé
Tsé-tsé & Trypanosomoses
Capture des tsé-tsé
Ecrans
Traitement épicutané du bétail
Question socio-économiques
Questions sur l'environnement
Références

Tsé-tsé et trypanosomoses

Quand a-t-on fait le rapprochement entre les tsé-tsé et les trypanosomoses ?

Les éleveurs africains savaient par expérience et depuis longtemps qu'il existait un lien entre les mouches piqueuses et les épidémies de trypanosomoses ou nagana chez leur bétail. Mais ce lien a été formellement établi pour la première fois par David Bruce qui travaillait dans ce qui est aujourd'hui le KwaZulu-Natal, en Afrique du sud.

David Bruce
David Bruce est né à Melbourne, Australie, mais a grandi en Grande Bretagne ; il fut incorporé dans les services de santé de l'armée britannique. En 1894, Bruce est envoyé au Natal pour enquêter sur une épidémie de nagana au nord du Zululand.

David Bruce donna une description saisissante du nagana:

"Le cheval a le regard vide, il a un fort larmoiement des yeux et des écoulements par les narines. Peu de temps après on note un léger gonflement du ventre et une bouffissure du fourreau et l'état de l'animal se dégrade. Les membres postérieurs ont tendance à gonfler ; toutes ces enflures varient d'un jour à l'autre, tantôt moins marquées, tantôt complètement absentes. Entre-temps l'animal est de plus en plus émacié, il a l'air maussade, sa tête pend, son poil devient rêche et clairsemé par endroits ; les muqueuses des yeux et des gencives pâlit et on constate une opacification légère de la cornée. Au stade avancé de la maladie, le cheval offre un aspect misérable. Ce n'est plus qu'un épouvantail couvert de poils hirsutes qui tombent par endroits. Ses membres postérieurs et son fourreau sont plus ou moins enflés, parfois de façon très importante, et il peut devenir aveugle. Au stade terminal il tombe à terre et meurt d'épuisement. Durant sa maladie il n'a montré aucun signe de douleur et jusqu'au dernier jour a gardé bon appétit."

Bruce entreprit un examen bactériologique et microscopique des boeufs infectés et nota la présence dans leur sang d'organismes mobiles et ondulants. Il prouva formellement que ces organismes étaient à l'origine du nagana en inoculant le sang des animaux infectés à des chevaux et des chiens en bonne santé. Ces animaux ont développé les symptômes du nagana et un grand nombre de trypanosomes ont été observés dans leur sang.

Bruce poursuivit en montrant que le bétail et les chiens sains envoyés dans les zones infestées de tsé-tsé attrapaient le même parasite dans le sang et tombaient malades, ce qui suggérait que le nagana était identique à la maladie des tsé-tsé. Un examen des animaux sauvages des régions infestées de tsé-tsé montra que les trypanosomes se trouvaient aussi dans leur sang, conduisant Bruce à suggérer qu'on pouvait lutter contre cette maladie en détruisant la faune sauvage (Bruce, 1896).

Le rapport entre la tsé-tsé et la trypanosomose était élucidé rapidement, mais Bruce pensait au début que le parasite était transmis mécaniquement par la tsé-tsé. L'existence du cycle de développement du parasite dans l'insecte ne fut découvert qu'après 16 ans de recherches (Bruce et al., 1909).

Maladie du sommeil
Les premières descriptions de la maladie du sommeil proviennent de ce qui est aujourd'hui le Mali. Les voyageurs reconnaissaient les symptômes mais ignoraient les rapports avec la mouche tsé-tsé. On doit à Aldo Castellani la première identification du trypanosome qui cause la maladie du sommeil (Castellani, 1903).

Truites et trypanosomes
La première description d'un trypanosome a été faite par Gabriel Valentin de l'Université de Berne en Suisse. Il a observé un organisme dans le sang d'une truite et publia ses observations en 1841. Depuis cette date, nombreux sont les glossinologistes qui montrent un intérêt tout particulier pour la truite

Références
Bruce, D. (1896). Further report on the tsetse fly disease or nagani in Zululand. Harrison and Sons, London

Bruce, D., Hamerton, A.E., Bateman, H.R. & Mackie, F.P. (1909). The development of Trypanosoma gambiense in Glossina palpalis. Proceedings of the Royal Society (series B) 81, 405-414.

Castellani, A. (1903). On the discovery of a species of Trypanosoma in the cerebrospinal fluid of cases of sleeping sickness. Proceedings of the Royal Society 71, 501-508.


Une autre question sur Tsé-tsé et trypanosomoses ?
D'autres questions ?

Union JackEnglish site